Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies.

 

En savoir plus sur les cookies

Vous souhaitez essayez un modèle en particulier?

Laissez-vous guider par le formulaire ci-dessous et choisissez le véhicule que vous souhaitez essayer. Votre demande sera transférée au point de vente de votre choix.

Fermer
Vous souhaitez recevoir une offre commerciale ?

Laissez-vous guider par le formulaire ci-dessous et choisissez le véhicule pour lequel vous souhaitez recevoir une offre commerciale. Votre demande sera transférée au point de vente de votre choix.

Fermer
Vous souhaitez recevoir de la documentation?

Laissez-vous guider par le formulaire ci-dessous et choisissez le véhicule pour lequel vous souhaitez recevoir une ou plusieurs brochures.

Fermer
cbJT_visuel1

Signé pas de chance pour le Citroën Belux Junior Team…

Après la 6e place de Guillaume Dilley au Spa Rally puis le podium de Kevin Demaerschalk au TAC Rally, les attentes étaient élevées pour les deux pilotes du Citroën Belux Junior Team sur les routes du Rallye de Wallonie. En bagarre jusqu’au bout pour le gain de la deuxième place, Guillaume Dilley devait renoncer, rejoignant sur la liste des abandons son équipier Kevin Demaerschalk.

Épreuve longue et compliquée, le Rallye de Wallonie s’est révélé encore plus difficile cette année en raison des conditions météorologiques. La pluie s’est en effet invitée sur la Citadelle le vendredi soir, puis elle est revenue animer les débats à plusieurs reprises le samedi. Et si le soleil était de retour ce dimanche sur la région namuroise, les routes n’en demeuraient pas moins délicates. Pourtant, c’est la mécanique qui a eu raison des espoirs de Kevin Demaerschalk, très tôt dans la course, puis de Guillaume Dilley, en vue de l’arrivée.

 

Pour Kevin Demaerschalk, ce rallye fut malheureusement bref. Trop bref. Trois petites spéciales, et c’était terminé. "Un rallye à oublier au plus vite," regrettait le jeune pilote de Hoeilaart. "Après notre podium à Tielt, nous étions évidemment motivés pour confirmer ce week-end. Mais nous avons rapidement compris que ce ne serait pas notre rallye… Vendredi soir, sur la Citadelle, la voiture avait un comportement très étrange. Un problème de suspension a été décelé. Et le lendemain, dès la première spéciale, j’ai ressenti que quelque chose d’autre n’allait pas. Dans la suivante, la pompe à essence nous a lâché…" 

 

De son côté, Guillaume Dilley débutait très bien le rallye. Cinquième des quatorze R5 au départ après le double passage sur la Citadelle, il terminait la première boucle du samedi à une excellente 4e place au classement général: "Si François Duval a pris un peu d’avance, nous sommes regroupés en quelques secondes avec Freddy Loix, Xavier Bouche et Vincent Verschueren. La bagarre est belle et je suis très heureux de mon rythme en ce début de course. Ce n’était pas nécessairement prévu car je comptais augmenter progressivement le tempo."

 

Quatrième encore samedi soir, Guillaume Dilley entamait l’étape dominicale avec la ferme intention de s’offrir une place sur le podium, et peut-être même la deuxième place juste derrière Freddy Loix. Malheureusement, le rallye comptait quatre spéciales de trop: "La butée d’embrayage a lâché au refuelling après la dernière assistance. C’est la course. Je suis évidemment un peu déçu, mais je suis aussi très satisfait de mon rallye et surtout de mon rythme durant l’épreuve. Malgré des petits ratés de moteur qui avaient débuté samedi après-midi, nous étions toujours en bagarre avec Verschueren et Bouche pour le gain de la 2e place. J’étais là peut-être à un niveau où on ne m’attendait pas nécessairement…"

 

"Le rallye reste un sport mécanique et ça fait partie du jeu, nous le savons tous," confiait Anouk van Vliet, Directrice Communication de Citroën Belux. "C’est évidemment difficile quand un abandon vient sanctionner la course de nos deux pilotes. Ils ont prouvé avoir vraiment le potentiel. Mais ici, ils n’ont pas pu le montrer ou le montrer jusqu’au bout."

 

Présent sur les spéciales du Rallye de Wallonie, Yves Matton ne pouvait que partager ce constat: "Sur ce rallye, François Duval et Guillaume Dilley ont confirmé le potentiel de performance de la DS 3 R5. Auteur d’un très beau rallye, Guillaume a montré qu’il progressait vraiment vite au volant d’une voiture de la catégorie-reine en BRC. Ses chronos démontrent que son apprentissage est rapide. Comme à Spa, il faisait une très belle course. Quant à Kevin, son retrait dès samedi matin l’a empêché de confirmer ce qu’il avait montré à Tielt. C’est le deuxième abandon prématuré pour cause mécanique en trois rallyes. Au-delà de l’abandon, le plus grand problème est qu’il souffre dès lors d’un grand manque de kilomètres avant le rendez-vous le plus important de la saison, le Rallye d’Ypres." 

Top